[Bilan lecture] Janvier – Juin 2021

On a dépassé le cap du milieu de l’année, c’est donc le bon moment pour faire le bilan des lectures de 2021. Certains livres ont été lu dans le cadre de mes cours.

Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach

(2/5) — court roman avec photographies en noir et blanc

Je n’ai pas accroché à ce livre. Il y avait des idées intéressantes, mais cela aurait pu être une nouvelle. C’est un style d’écriture qui était nouveau pour l’époque, où l’on rapproche les émotions du paysage, mais c’était un peu trop lourd et répétitif.

Les Vases Communicants, André Breton

(2/5) — essai

Je dois l’avouer, je n’ai rien compris à ce que j’ai lu… J’ai seulement bien aimé la déconstruction du rêve dans la première partie du livre.

Le Sursis, Jean-Paul Sartre

(3.75/5) — roman

Ce roman est impressionnant. Il ne relate qu’une semaine de septembre 1938, juste avant la signature des accords de Munich. Pendant ces quelques jours, tous les français pensaient que la guerre allait être déclarée. Dans une scène, un personnage erre devant une allée de magasins fermés et je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement entre la ville fantôme que la pandémie nous a donné à voir il y a quelques mois. Le récit est très dense malgré tout. Les points de vues des nombreux personnages se superposent, une phrase allant même parfois jusqu’à parler de deux personnages en même temps. Les passages de l’un à l’autre étaient très bien pensés et ils m’ont fait réfléchir au processus d’écriture. Cela m’a vraiment prouvé que l’on peut écrire comme on le souhaite, qu’il n’y a aucune règle. Malgré tout, ce livre est peut-être un peu trop dense, on finit par se perdre, mais c’était très intéressant quand même.

L’Éducation Sentimentale, Gustave Flaubert

(3/5) — roman

Un classique dont j’attendais beaucoup. J’ai trouvé ça difficile à lire, par sa longueur, mais aussi à cause du personnage principal, Frédéric Moreau, qui est très antipathique. L’intrigue n’avance pas, mais après avoir écouté les cours de mon professeur sur ce livre, j’ai appris qu’il s’agit d’une caractéristique dont Flaubert avait lui-même conscience. La sensation que rien n’arrive était un choix. C’est également le cas pour l’impression de « trop-plein » de détails, qui alourdit la lecture. Pour l’analyse théorique, L’Éducation Sentimentale est incroyable. Mais pour une simple lecture appréciative, ce n’est pas la même chose. J’ai eu du mal à terminer de le lire.

Grisha : Shadow and Bone #1, Leigh Bardugo

(3.5/5) — roman

Le premier roman d’une trilogie fantastique, dans l’univers appelé le « Grishaverse ». J’avais déjà lu la duologie Six of Crows, qui se déroule dans le même univers et je souhaitais lire ce livre avant de commencer la série adaptée sur Netflix. C’était une lecture assez agréable, mais pas bouleversante. Je n’ai pas eu envie de lire la suite de la trilogie. En revanche, je recommande vraiment la série.

Le cri des oiseaux fous, Dany Laferrière

(5/5) — roman

Un roman incroyable sur le départ en exil de l’auteur, ses dernières passées en Haïti. Je recommande vraiment, car ce livre est plein de sensibilité et de poésie.

L’Énigme du retour, Dany Laferrière

(3.75/5) — roman

Un autre roman de Dany Laferrière, cette fois sur son retour après dix ans d’exil à Montréal. J’ai été moins touchée par ce livre, mais il reste des passages incroyables à l’intérieur.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.